Note de gestion des eaux pluviales

Note de gestion des eaux pluviales pour permis de construire

Pour prendre rendez vous pour votre étude, merci de nous téléphoner au 06.87.89.41.40. Christophe PALAZOTTO
Le prix est de 480€ ttc pour une étude de sol de gestion des eaux pluviales de 1 à 50 km de notre siège social
L'étude de sol, l'étude parcellaire, l'étude à la parcelle, est pratiqué par DTE pour vous donner accès à une méthode moderne et durable.  
L'entreprise DTE est à votre disposition pour vous présenter nos solutions de dispersions modernes.
étude pour note de calcul des eaux pluviales, étude pluviales 77,89,10,91,45

Assurance décennale global ingénierie

L'AVENIR DU STOCKAGE DE L'EAU   LA NOUE PAYSAGERE 




Les noues sont des larges fossés qui permettent la rétention, l'acheminement et l'infiltration des eaux pluviales. Ce système peu profond, possède des pentes douces et permet ainsi de gérer les flux hydrauliques de façon intégrée dans un projet. Les noues possèdent l'intérêt de limiter les ruissellements qui sont sources de « concentrations » des pollutions et d'augmentation trop rapide des eaux vers l'aval. Le but premier étant une gestion à la source des eaux pluviales pour éviter les problèmes à l'aval. De plus, les noues permettent de mutualiser les espaces dans les projets. En effet, cet ouvrage à la base technique s'intègre facilement dans les espaces verts communs souvent demandés dans les documents d'urbanisme.

Choix des essences

Le choix des essences s'effectue principalement parmi les espèces hygrophiles ou aquatiques.

Arbres et arbustes : saules, aulne glutineux, frêne, bourdaine, chêne pédonculé sur les secteurs les moins humide.

Prairies humides riches en éléments nutritifs : houlque laineuse, agrostide rampante, cardamine des prés, renoncule rampante, oseille des marais…

Prairies humides pauvres en éléments nutritifs : molinie bleue, agrostide des chiens, renoncule flammette…

Prairies à hautes herbes ou de berges régulièrement inondées, de bassins ou de noues, riches en matières nutritives : ortie dioïque, iris des marais, menthes aquatiques, salicaire, reine des prés, prêles roselières.

Bordures de plans d'eau : roseau, iris des marais, menthe aquatique, massette, carex…


Bon à savoir !

La loi ne requiert aucune disposition de sécurité particulière. Les noues ne constituent pas a priori un danger pour la population puisqu'elles sont de faible profondeur et que leurs berges en pente douce permettent facilement de récupérer un objet ou une personne tombés à l'eau. De plus, elles ne sont sensées être en eau que de manière temporaire, lors de fortes pluies.

L'installation d'une végétation haute autour du fossé est une solution plus esthétique et plus économique que les barrières de sécurité. Un tressage en saule, une haie d'arbustes locaux, la fauche tardive des plantes de berges ou une roselière garderont les utilisateurs à distance de l'eau.

Des panneaux prévenant les usagers du remplissage des noues en cas de fortes pluies seront une précaution supplémentaire, particulièrement si la largeur de la noue varie et s'ouvre sur des zones plus larges type « bassins secs ».

http://www.biodiversite-positive.fr/wp-content/uploads/2011/10/Biodiversit%C3%A9-et-gestion-de-leau-%C3%A0-la-parcelle-les-noues-et-foss%C3%A9s-4-Mai.pdf

Une noue (anciennement aussi noë) est une sorte de fossé peu profond et large, végétalisé, avec des rives en pente douce, qui recueille provisoirement de l'eau de ruissellement, soit pour l'évacuer via un trop-plein, soit pour l'évaporer (évapotranspiration) ou pour l'infiltrer sur place permettant ainsi la reconstitution des nappes phréatiques

LES BÉNÉFICES DE L'INFILTRATION DES EAUX PLUVIALES

La gestion des eaux pluviales par l'infiltration naturelle comporte plusieurs avantages environnementaux, sociétaux et économiques, visant le retour du cycle de l'eau dans la ville :

  • Réduire le ruissellement de surface
  • Réduire le risque d'inondations et de pollutions
  • Recharger les nappes phréatiques et masses d'eaux
  • Réintroduire la biodiversité dans les sols
  • Contribuer à la lutte contre les îlots de chaleur
  • Améliorer la qualité du cadre de vie urbain
  • Réaliser l'économie de réseaux d'évacuation très coûteux en installation et entretien







L'article 681 du Code civil impose une obligation stricte à chaque propriétaire : le toit de son logement doit permettre l'écoulement des 
eaux de pluie sur son terrain ou la voie publique. Il est donc interdit au propriétaire de les faire verser sur le terrain de son voisin.